Vidéos / liens

Concernant les vidéos, si elles démarrent sans sous titrage, utilisez la petite roue dentée qui apparait en faisant glisser la souris sur l’image et sélectionnez “sous titre”.

Décembre 2020 : Le Haut Conseil pour le Climat a rendu un rapport (très critique) sur le déploiement de la 5G en France : https://www.hautconseilclimat.fr/publications/maitriser-limpact-carbone-de-la-5g/

Dans les grandes lignes : augmentation très significative de l’empreinte carbone du numérique et encore, ils n’étudient que l’empreinte carbone et disent qu’il faudrait étudier les autres problématiques… Forte augmentation également de la demande en électricité (5% à 13% de la conso finale en électricité en 2030 !). Plusieurs grandes villes demandent un moratoire…


Le dossier de Gauthier Roussilhe “La controverse de la 5G”, un rapport destiné à tous les français pour comprendre ensemble les enjeux et les conséquences du possible déploiement de la 5G  https://www.gauthierroussilhe.com


Intervention du Dr Sharon Goldberg au Parlement du Michigan (2018, 14min), sur les effets biologiques des CEM, les relations avec le diabète, la santé mentale des américains, les conflits d’intérêt…


« Le déploiement de la 5G est complètement fou » (Martin Pall, professeur émérite de biochimie et de sciences médicales fondamentales à l’université de Washington (9min, 2018) Une vue synthétique des études scientifiques sur les effets des ondes sur la santé, les mécanismes biochimiques, la vulnérabilité des enfants, les spécificités de la 5G


« Grosses promesses, risques inconnus » (par le collectif de journalistes Investigate Europe, 2min, 2019,). Vidéo d’animation, rappelant l’essentiel sur la 5G…


Un grenoblois tire la sonnette d’alarme.

 A lire ici


Le temps de l’action sur la 5G : discours de Claire Edwards à Stockholm le 4 mai 2019


« Bienvenue dans le monde de la 5G » (Bastamag, Leila Minao, 11 avril 2019) Article faisant le point sur les enjeux techno-industriels et financiers de « l’opération 5G » – A lire ici


Du côté des assurances

Les principales Compagnies mondiales de Réassurance ne couvrent plus les risques sanitaires liés aux émissions de champs électromagnétiques depuis l’an 2000. Les opérateurs affirment cependant bénéficier d’une couverture, mais ne présentent que des attestations, et refusent de rendre publiques les polices d’assurance et notamment la liste d’exclusions de ces Polices qui seules permettraient de préciser l’étendue de la couverture.

N.B.: c’est à partir de 1919 que les Compagnies d’assurances britanniques et américaines cessèrent de couvrir les risques sanitaires liés à l’exposition à l’amiante. Alors que la reconnaissance officielle de la toxicité n’est intervenue qu’à la fin du 20ème siècle.

Les principales compagnies mondiales de réassurance – en particulier la Lloyds (2000), la Swiss de Ré (2003), Allianz… ne couvrent plus la téléphonie mobile. Dans un rapport d’octobre 2010, la compagnie de réassurance Lloyds établit un parallèle entre le traitement du dossier de l’amiante et celui du portable et souligne le fait que «face à la lente émergence d’impacts sanitaires», l’Organisation Mondiale de la Santé et l’Union européenne recommandent d’imposer des limites d’exposition du public aux ondes électromagnétiques.

Voir les documents : 

Fuite des assurances

– Le Parisien/Aujourd’hui – Rapport de la Lloyd’s comparant la téléphonie mobile à l’amiante

Sources : d’après l’Asso. nationale pour la sécurité sanitaire dans la technologie sans fils Robin des Toits


Il y a eu de nombreux Appels de scientifiques en faveur du Principe de précaution au niveau international depuis plusieurs années, dont parmi les plus importants :

  • Appel de SALZBOURG– Juin 2000: ici
  • Appel de FRIBOURG– Octobre 2002: ici
  • Appel de BAMBERG – Juin 2004: ici
  • Appel d’HELSINKI – Janvier 2005: ici
  • Résolution de BENEVENTO– Février 2006: ici
  • Appel de BRUXELLES – Janvier 2007: ici
  • Appel de la HAYE – Avril 2009: ici
  • Appel de WURZBURG – Mai 2010: ici
  • Appel de BÂLE – Mars 2012: ici
  • Appel de FRIEBOURG – 2012: ici
  • Appel EUROPEEN – Juillet 2015: ici
  • Appel de PARIS – Février 2016: ici
  • Appel de REYKJAVIC – Février 2017: ici

Sources : d’après l’Asso. nationale pour la sécurité sanitaire dans la technologie sans fils Robin des Toits


Côté justice :

Le Tribunal des conflits rend une décision favorable aux opérateurs. Selon le Tribunal des conflits, les actions visant à “obtenir l’interruption de l’émission, l’interdiction de l’implantation, l’enlèvement ou le déplacement d’une station radioélectrique régulièrement autorisée et implantée sur une propriété privée ou sur le domaine public, au motif que son fonctionnement serait susceptible de compromettre la santé des personnes vivant dans le voisinage ou de provoquer des brouillages” relèvent du Juge administratif. (…) Or, l’impartialité des juridictions administratives avait été mise en cause par l’association Robin des Toits et la sénatrice Leila Aïchi (EELV – Paris) suite à plusieurs décisions du Conseil d’Etat favorables aux opérateurs.

Tribunal des Conflits

Et pourtant avant cela :

Sources : Robin des Toits


Réalisée par un collectif d’experts indépendants entre janvier et juin 2020, cette étude, baptisée « iNum » vise à quantifier les impacts environnementaux du numérique en France et à identifier des pistes d’actions adaptées aux spécificités françaises.

Lire l’impact environnemental en France du numérique


La Convention européenne du paysage, adoptée le 20 octobre 2000, est un traité du Conseil de l’Europe, visant à mieux prendre en compte et protéger les paysages.

Elle encourage la mise en place d’Atlas du paysage. Un Atlas régional a ainsi été créée pour la région Auvergne Rhône Alpes. Suivant ce dernier, notre territoire est classé dans la catégorie paysages ruraux-patrimoniaux.

Parmi les objectifs qui en découlent pour les politiques publiques il y a :

– Identifier les caractéristiques identitaires fortes (trames paysagères, architecture, petit patrimoine…) en vue de leur préservation, (N’est ce pas le cas pour le hameau de Graves, lieu riche d’histoire visible encore aujourd’hui par son architecture et ses paysages ?) 

Soutenir les actions spécifiques de reconquête de certains paysages patrimoniaux (terrasses, bocages, vignes…),

– Développer une multifonctionnalité alliant la production et le tourisme (vente directe, artisanat local…)

(Avouons qu’avec une antenne ça le fait quand même beaucoup moins bien !)

Et à la liste des moyens recensés l’on peut trouver :

Plans et chartes de paysage,

Zones agricoles protégées (ZAP),

Volet paysager des chartes et contrats de pays,

Renforcement de la prise en compte des paysages dans les PLU par des prescriptions paysagères et architecturales fines adaptées au contexte patrimonial local,

– Mise en place pour les villages remarquables d’outils spécifiques de gestion et de mise en valeur du patrimoine bâti : ZPPAUP (remplacé depuis 2016 par Site patrimonial remarquable), OPAH….,

Actions culturelles de valorisation des paysages et du patrimoine : information locale, inscription dans les guides, routes à thèmes, etc,

– Actions de conseil architectural et paysager en amont de tous travaux (CAUE, paysagistes,architectes-urbanistes).

Bref si la volonté communale suit, il est possible de tenter de mettre en place beaucoup de chose sur le hameau en particulier et plus largement sur le territoire… tant que les constructions nouvelles ne viennent pas rendre impossible toute préservation historique et paysagère.

Les temps changent, nous prenons de plus en plus conscience de l’impact de notre mode de vie tant au niveau social, environnemental qu’économique. Si la commune veut poser des actes forts allant dans le sens d’un changement plus cohérent, en accord avec les préoccupations d’un nombre grandissant d’individus de par le monde entier : c’est le moment !